04
avril
Par

À l’occasion de la journée de l’apprendre de notre école, l’INSA Strasbourg par l’intermédiaire de Guillaume Chevereau et David Wissocq, est allé à la rencontre de François Taddeï, directeur du centre de recherches interdisciplinaires, le CRI, porte-voix de l’innovation pédagogique et auteur du livre Apprendre au XXIème siècle pour lui poser la question « comment apprendra-t-on dans une école d’ingénieurs en 2030 ? »

Ses réponses, et toutes les questions que cela soulève sont audibles dans cette série de podcasts.


Les « sociétés apprenantes » : qu’est-ce que c’est ? Pourquoi ?

L’auteur du livre Apprendre au XXIème siècle invite notre école à se constituer en « organisation apprenante » pour devenir acteur des transitions environnementale, numérique et éducative.


Quelles réalisations concrètes permettent de devenir une organisation apprenante ?

Organiser une journée de l’apprendre, développer des usages du numérique qui nous permettent d’apprendre les uns des autres, « hacker » nos propres locaux et nos emplois du temps…


Faire de l’apprendre un plaisir, n’est-ce pas oublier qu’il est aussi un labeur ?

Pour apprendre « la motivation intrinsèque fonctionne beaucoup mieux que la motivation extrinsèque » .


À propos de la résistance étudiante à l’innovation pédagogique

Il est fréquent qu’une initiative pédagogique rencontre de la résistance de la part des étudiants (sans doute en partie à cause du double discours : découvrez par vous-même mais réussissez à la fin). Quel discours tenir pour obtenir la faveur des étudiants ?


L’interdisciplinarité, est-ce la fin de la spécialisation propre à la formation d’un ingénieur ?

« On ne peut pas répondre aux défis sociaux d’aujourd’hui avec les solutions d’hier, ni avec des approches mono-disciplinaires car il y a un tas de dimensions dans ces défis. Il faut donc savoir interfacer les différentes disciplines pour réussir à se poser les bonnes questions. »


En 2030 : apprendre en compétition ou en collaboration avec l’intelligence artificielle ?

En quoi l’émergence de méthodes automatisées de l’apprentissage (machine learning) peut influencer la façon d’apprendre des êtres humains ?


Comment concilier mutualisation de ses ressources et propriété intellectuelle quand on est enseignant ?